Site (en construction) de F!nTcH

J'ai essayé pour vous : la correspondance à Nation

J'ai essayé pour vous - Transports - Le 30/11/2013

Nation est un une station du réseau de transport public parisien situé sous la place de la Nation à Paris. Elle est l'intersection de quatre lignes de métro (1, 2, 6 et 9), et de la ligne A du RER.

Si je vous parle de ça, c'est essentiellement pour discuter quelques éléments de la conception de la gare RER de Nation. Si la partie métro du complexe de Nation a vu un peu moins de 9,5 millions de voyageurs entrants par an en 2011, celle de la gare RER est estimée à 20 millions pour la même année. C'est en tout cas ce qui est indiqué sur la fiche Wikipédia de la ligne A, et je n'ai pas envie d'éplucher les rapports du STIF pour trouver les chiffres exacts à critiquer, sauf si vous le demandez gentiment !

L'ouverture de la gare

Il faut savoir, et là je reviens sur le terrain des données qui ne sont plus exclusivement de Wikipédia, que la gare souterraine de Paris Nation avait été construite dans le cadre du vaste projet de métro urbain des années 70 (lequel sera rebaptisé RER en 77). Elle a été la première gare de ce réseau à être ouverte (si on exclut les gares de la ligne de Sceaux) et devait remplacer la gare de Paris Bastille, celle sur laquelle on a construit l'actuel opéra Bastille. Remarquez que le viaduc des Arts est l'ancien support de la ligne de Vincennes qui passait par la gare de Reuilly (dans l'actuel XIIe arrondissement) et cette même ligne de Vincennes est reprise à hauteur de Saint-Mandé par le RER A.

La gare de Nation a été ouverte le 14 décemnbre 1969, entrainant une révolution dans le transport sur la ligne de Vincennes. Elle marque les derniers souffles du train à vapeur, l'arrivée d'une nouvelle génération de matériel que l'on emprunte encore aujourd'hui (le MS61) et le premier élément ouvert au public du RER qu'on connait de nos jours après plus de 40 ans de services.

Problématique

La problématique de la gare de Nation était de pouvoir gérer une grande quantité de voyageurs aux heures de pointe afin de les répartir en surface et surtout dans le métro. Si la surface est un élément important, il n'est pas pertinent dans mon propos, et n'est pas très significatif pour la majorité des gens qui transitent dans ce pôle de transport. Aux heures de pointe et avant l'ouverture de Châtelet Les Halles, Nation était un terminus, et l'est resté pendant 8 ans, à quelques jours près. Les milliers de voyageurs transportés par les rames MS 61 en unités triple devaient descendre et emprunter le métro, et les couloirs devaient donc être dimensionnés en conséquence.

Lorsque j'ai emprunté pour la première fois la gare de Nation, en tant qu'adulte et avec les années de passion et de connaissances accumulées dans le domaine des transports collectifs, je l'ai fait dans le sens le plus significatif. Je venais du RER et je devais changer vers la ligne 1. J'ai donc suivi les couloirs, en suivant les panneaux et je suis arrivé dans la salle des échanges entre la zone RER et la zone métro. J'ai donc badgé avec mon Navigo et emprunté un couloir pour les lignes 1, 2 et 6. Et je me suis retrouvé dans un puits d'accès, dans le sens de la montée avec 3 escalators tous en montée et un escalier.

Ce jour-là je n'ai pas vraiment réalisé l'importance de mon étonnement devant cette volée d'escalators dans le même sens. A vrai dire, je m'en suis aperçu quelques jours plus tard, en prenant le même trajet, mais aux heures creuses. Arrivé dans la salle des échanges, j'ai été surpris de sa dimension, car c'est plus impressionnant à voir quand elle est vide, et j'ai aussi été surpris par le fait que les barrières sont toutes dans le même sens. Alors j'ai cherché à comprendre un peu mieux l'organisation de la circulation dans le pôle d'échanges.

Le pôle d'échanges

L'organisation est très simple, et est également pratiquée dans de nombreuses stations à forte affluence avec plus ou moins d'efficacité, j'y reviendrai plus bas. Les panneaux guident les voyageurs sortant du RER vers 4 bras par quai contenant des escaliers, un escalator dans chaque sens et un ascenseur en plan incliné par quai. Ces accès rabattent les voyageurs sur les deux galeries qui passent au dessus de la gare. Les deux galeries desservent, au nord, un accès que je n'ai pas essayé, et au sud des escaliers sur lesquels je reviendrai après. Au milieu de chaque galerie, un panneau très brillant et de taille imposante flèche les lignes de métro. Le tunnel qu'il flèche mène à cette fameuse salle des échanges.

A ce stade, on est pas plus avancé, car je n'ai pas encore déterminé comment se fait la circulation en sens inverse. C'est pourtant très simple : les salles d'échanges sont superposée ! Au dessous, c'est la sortie vers le métro, et au dessus c'est l'entrée depuis le métro. Et ce choix s'appuie sur les flux de voyageurs déterminés par l'agencement des voies des métros. Il faut savoir que les lignes 1, 2 et 6 sont exactement à la même hauteur et accolées les unes aux autres et desservies par des passages supérieurs et inférieurs. Le choix qui a été fait est de faire passer les voyageurs en provenance du RER par une des traversées supérieures, ceux à destination du RER par une des traversées inférieures, les autres servant à la desserte exclusive du métro. C'est d'ailleurs problématique car des flux de voyageurs se croisent dans ces galeries spécifiques métro, car il est difficilement envisageable de dédier des galeries dans tel ou tel sens, vu la complexité de la station. Cependant je pense que c'est possible mais ça demande une étude plus approfondie, et est conditionné par la largeur de ces passages transversaux, en particulier ceux qui desservent la seule ligne dont on a pas encore parlé : la 9.

J'en reviens au RER. La gare de Nation devant absorber un flux important de voyageurs en sortie, les accès sont très larges. Ce n'est pas le cas des accès vers le RER, la salle des échanges d'entrée étant plus complexe, je ne vous cache pas que je ne l'ai pas étudiée avec précision mais ça ne saurait tarder. Ce que je peux dire à ce stade, c'est qu'on y trouve bien les accès vers les deux galeries d'échanges de la gare, et qui sont situés au sud, moyennant quelques marches dont j'ai brièvement parlé plus haut.

Au final, on retrouve une conception recherchée et adaptée des flux de voyageurs, permettant d'éviter le chassé-croisé et la frustration de la collision frontale !

Et ailleurs ?

Fort de cette découverte, j'ai pu observer ce principe dans d'autres gares de RER, et certaines stations de métro. On trouve ce principe pour les accès au métro à la gare de l'Est : les puits d'entrée et de sortie ne se font pas par les mêmes escalators. La gare Magenta adopte à quelque chose près le même concept que Nation RER, car elle possède une traversée supérieure au milieu de la gare, qui permet de remonter les voyageurs au premier sous-sol dans la zone RER de Paris Nord. Elle est alimentée par 4 puits (2 par quai) équipés de 2 escalators chacuns, elle est très large, guide les voyageurs vers rien de moins que 5 escalators et un escalier, et est plafonnée par la circulation en sens inverse, qui admet les voyageurs depuis la gare du Nord. On trouve aussi cette différenciation massive des flux à Auber, à Charles-de-Gaulle - Etoile - RER et à Denfert-Rochereau.

Les pôles d'échanges à forte affluence n'ayant pas ce type de séparation ou dont les galeries ont été mal dimensionnées illustrent parfaitement l'importance de cette organisation. Brièvement, je vais citer 4 cas flagrants. Le premier est un lieu que j'ai beaucoup pratiqué et que j'ai toujours trouvé malfoutu pour ces raisons, c'est la salle des billets de la gare Montparnasse. Le croisement des voyageurs entrant et sortant du métro est très confus. Et malgré les travaux de réaménagement et un éclairage conséquent, cette salle reste malcommode parce que les voyageurs s'y croisent. On a le même problème à la gare de Lyon, amplifié par des barrières à répétition au dessus de la gare RER. Il est très difficile d'identifier clairement la zone dans laquelle on se trouve à cause du découpage de cette salle des billets, des multiples dessertes qui se télescopent (entre la A, la D et la 14) et des accès débouchants un peu partout dans ce vaste espace. La palme de la désorganisation revient à Châtelet Les Halles et à la station Châtelet sur laquelle je traiterai probablement dans un article détaillé. Petite pensée également, en guise de dernier point, pour la traversée inférieure de la République (à noter que pour cette fois, on est dans un pôle d'échange exclusivement métro), laquelle est largement sous-dimensionnée en heure de pointe, et même d'une manière générale. République est un cas qui mériterait vraiment une étude complète pour une galerie supplémentaire.

Ressources

Pour finir, quelque suggestions de lecture. Je ne mets aucun lien volontairement mais les titres correspondent aux articles de Wikipédia et peuvent servir de texte de recherche dans Google et consorts.

D'autres sites donneront également des informations pertinentes, en particulier Symbioz.net. Sachez aussi que j'ai pu regarder des vidéos sur le site de l'INA sur la fermeture de la gare de Paris Bastille et qu'on trouve sur Internet de belles photos d'époque.

Vous pouvez m'écrire afin de me demander des compléments d'information sur les sujets que j'ai évoqué, ou m'aider à compléter si vous vous sentez d'attaque ! Je suis également ouvert à des suggestions d'articles sur ce thème ou bien sur des stations ou gares de manière plus spécifique. Pour info, sachez que j'écrirai probablement un article sur le complexe Saint-Lazare - Haussmann - Opéra - Auber, axé sur la complexité des galeries de cet ensemble.

Mises à jour de l'article

Mise à jour du 20/01/2014

L'article a été agrémenté des photos promises lors de sa première mise en ligne.

De plus, je possède une information nouvelle assez intéressante : les sièges rouges de la gare RER sont classés au patrimoine. J'en profite pour citer un article très intéressant pour le fonctionnement quotidien de la gare, trouvé sur le site de la RATP, et dont j'ai repris l'image du nom de la station. A vrai dire, j'aurais pu prendre la même photo, et la cadrer de manière identique mais les néons sont trop souvent en panne dans cette sorte d'enseigne, et je n'ai pas pour l'instant de vrai appareil photo. Je vous invite donc vivement à lire l'article sur le nettoyage en profondeur de la gare de Nation sur le site RATP Scope. Vous y trouverez également des chiffres issus de sources RATP.

Photos supplémentaires

Les deux galeries au dessus de la gare de Nation rabattent les voyageurs vers la salle des échanges que j'appelle "arrivée", c'est-à-dire celle qui permet de passer de la zone RER à la zone métro. On en voit le débouché dans la salle sur cette photo.

La gare de Nation a été une gare terminus pendant plusieurs années. Il était nécessaire, lors de la pointe du soir, de pouvoir stocker sur le quai tous les gens qui affluaient à la station. C'est pourquoi le quai vers Boissy et Marne-la-Vallée est plus large que celui vers l'ouest. On le constate par un décalage des ouvertures du tunnel de part et d'autre, des éléments suspendus et bien évidemment de la largeur du quai comparée à la largeur de celui d'en face.

A Nation, zone métro, les stations de la ligne 1, 2 et 6 sont au même niveau. Les circulations transversales (en correspondance) peuvent se faire par dessus, ou par dessous. Les personnes passant de métro à RER arrivent dans la salle des échanges situé au même niveau que les galeries inférieures, tandis que les gens sortant du RER vers le métro sont conduits par de grands escalators vers la traversée supérieure. L'empilement est donc, de la surface vers le plus profond, traversée supérieure, stations de métro, traversées inférieures et salle des échanges de métro vers RER, galerie d'échange RER et salle des échanges de RER vers métro, et gare RER.